Pages

lundi 21 décembre 2009
Le climat et puis voilà ! (crédit photo)

Il est des jours où l'on aimerait se réveiller au son d'une voix amie qui nous dirait "Non Jean-Baptiste, il vaut mieux que tu restes au lit aujourd'hui car tout ce que tu as prévu ne pourra malheureusement pas avoir lieu. - Quoi ? - Oui il neige tellement aujourd'hui que toute la ville en est désorganisée". Assurément, ce type de réveil n'existe pas ou pas encore, et puis d'aucun ferait la remarque que jamais une machine ne lui dictera quoi faire ni quoi penser ; même si on pourrait dors et déjà en douter.
Samedi dernier, un coup d'oeil par la fenêtre a suffit pour me faire comprendre que ma journée serait très longue et très compliquée. Une tempête de neige s'était en effet abattue sur Washington, une tempête du genre à faire tomber 40 à 50 cm de cette poudre sur laquelle j'adore glisser à la montagne mais qui, dans une ville qui ne la connaît que très peu fait des ravages.
Si en tirant ma valise jusqu'à la station de metro, j'étais presque assuré de pouvoir parvenir sans trop d'encombres à l'aéroport, mon sentiment sur l'éventualité d'un possible départ par avion était, lui, plus réservé. Mes projets samedi dernier n'étaient pas de faire des bonshommes ou des galeries ni même des igloo mais bien de partir, de m'envoler vers des contrées lointaines, celles de la côte Ouest où il neige rarement : San Francisco. Ah San Francisco ! Tout le monde m'avait dit "Oh yes it's an awsome town, luky are you ! - Yes I know that." mais la neige en a décidé autrement.
Dans ces cas là, on ne peut pas dire, comme certains qui me connaissent bien "Ah c'est la faute aux Américains, ils polluent trop ; à cause d'eux, le climat est complètement déréglé, c'est une race du genre bornée en plus, ils ne veulent pas se soumettre aux contraintes sur la limitation des émissions de CO2". Non, on ne peut pas dire ça, surtout quand on habite aux aux US ! En effet, force est de constater que bornée ou pas, fautive ou pas, la capitale américain s'est trouvée complètement perturbée par cette tempête - plus de métro, ni de taxi et encore moins d'avions, pas de chasses-neige et un peu de seul malgré tout -. Par ailleurs, j'ai mis 40 min pour me rendre à l'aéroport et il m'a bien fallu 3 heures pour en revenir ; puisque, évidemment, mon avion n'a pas pu décollé - très bel avion au demeurant, très beaux sièges -.


Je remarque une chose, si mon voisin, M. Obama a reçu le prix Nobel de la paix le jour où il devait signer l'envoie de troupes supplémentaires en Afghanistan, sa maison (The White House) devait être inhabituellement enfouie sous la neige le jour où il se rendait au Danemark pour signer un accord sur le climat avec d'autres chefs d'états. Il y a quelque chose d'ironique dans ces deux coïncidences. En fait, si la première me laisse perplexe quant à l'efficacité et la pertinence du comité Nobel, depuis samedi, la seconde me donne à douter de l'idée même de "réchauffement". Une heure et demi d'attente, une légère toux et 30 $ m'ont permis de parcourir les 2 miles - 3km - qui séparaient la dernière gare desservie par le metro et le séminaire. Je suis donc rentré à la maison avec cette étiquette blanche à code barre surmonté des lettres S,F et O (San Francisco bien-sûr) en guise de souvenir.
Aujourd'hui lundi, plus de neige dans le ciel et encore moins de traité sur le climat - "ça de toute façon, c'est la faute aux Chinois !"- et nous nous retrouvons telle une poignée d'irréductibles, bloqués aux séminaire, attendant de pouvoir prendre un éventuel avion pour d'autres contrées lointaines. Cuisine, jeux de société, films font désormais notre quotidien.
Mercredi, je tenterais à nouveau de partir de fuir la neige en partant pour une région totalement désertique, l'Arizona et y fêter Noël, dans le désert... En espérant qu'à la différence de mon voisin, mes intentions ne me portent plus malheur... Cela doit être dur d'être prophète.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez donc pas à à laisser un commentaire, une question ou bien encore un simple message. Je prendrai le temps de vous répondre.
En union de prière,
Jean-Baptiste Perche

Qui suis-je ?

Ma photo
Issy-les-Moulineaux, Ile-de-France, France
Séminariste en 5ème année de formation pour le diocèse de Nanterre (Hauts-de-Seine, France), en insertion paroissiale à Châtillon.

La Parole de Dieu

De la lettre de Saint Paul Apôtre
aux Romains - 8, 28-30 -

Frères, nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour. Ceux qu'il connaissait par avance, il les a aussi destinés à être l'image de son Fils, pour faire de ce Fils l'aîné d'une multitude de frères. Ceux qu'il destinait à cette ressemblance, il les a aussi appelés ; ceux qu'il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu'il a justifiés, il leur a donné sa gloire.

Articles récents

Le Blogger

Dieu t'appelle !

"Lève-toi !" Lc 7,14

"Lève-toi !" Lc 7,14
Le site des Jeunes adultes de l’Eglise catholique des Hauts-de-Seine

Me contacter

Recevoir mes articles

Entrez votre adresse mail :

Delivered by FeedBurner

Provenance des visiteurs

Translate this page

inXL6

inXL6
Le portail jeune de l'Eglise en France